L’innovation territoriale pour réinventer l’action publique

En avril dernier, Akim Oural, maire adjoint de Lille, a remis à Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction Publique, un rapport intitulé : L’innovation au pouvoir ! Pour une action publique réinventée au service des Territoires.

Innovation-territoriale

Pour lui, il est temps de redéfinir le Pacte public/privé/population sur chaque territoire au moment où la puissance publique est appelée à ‘faire mieux avec moins’. Comment ? Grâce à l’innovation territoriale.

« L’innovation territoriale peut se définir comme une réponse nouvelle à une problématique et/ou un besoin identifiés collectivement dans un territoire, en vue d’apporter une amélioration du bien-être et un développement local durable ».

Il s’agit à la fois d’améliorer les services publics mais aussi de créer du développement local, revivifier la démocratie participative et créer de la confiance.

Pour cela, il faut pouvoir actionner 2 leviers essentiels :

  • Humain : favoriser l’expression de la créativité via le changement culturel dans les organisations ;
  • Technologique : renforcer l’utilisation des nouvelles technologies, digitales essentiellement

Les deux sujets sont d’ailleurs intimement liés. Le numérique tend à ‘aplatir les organisations’ et donc à favoriser des communications directes, courtes et nécessaires à la mise en place de projets en mode agile. Idem en externe, où les technologies de communication permettent à la fois de toucher plus facilement, plus rapidement et de manière indifférenciée ‘la foule’ ou bien les utilisateurs/usagers de manière fine. Autre exemple du lien fort entre le ‘technologique’ et l’humain’ mais aussi entre ‘interne’ et ‘externe’ : la diffusion de données via un site Open Data motive les agents à cataloguer plus précisément leurs données (souligné par Guillaume FENICE du Grand Dijon lors du dernier webinaire Isogeo).

Le rapport identifie également une série de facteurs clés de succès pour développer l’innovation territoriale ; le premier : connaître les ressources, enjeux et besoins spécifiques du territoire. « En mettant à disposition de tous les données pertinentes et territoriales, l’Open Data favorise l’émergence des nouveaux usages et le développement de nouvelles solutions grâce à la mobilisation de l’intelligence collective locale ».

Isogeo a fait sienne cette approche dans le domaine de la géographie et de l’information géographique. Nous l’avions déjà exprimée dans un article publié par Le Monde en novembre 2014 : « Collectivités, valorisez vos données géographiques » où nous mettions en avant efficacité opérationnelle et innovations d’usage.

Article-Olivier-LeMonde

Concrètement, et depuis des années, nous œuvrons pour que les collectivités maîtrisent parfaitement leur patrimoine de données (grâce au catalogage) afin de pouvoir les valoriser au mieux (en interne, avec leurs partenaires ou dans une démarche d’open data).

Les collectivités les plus engagées actuellement sont les agglomérations et leur communauté (comme Créteil et la Plaine Centrale) ainsi que les départements (Moselle, Mayenne).

CaptureCréteil CapturePlaineCentrale

Nul doute que les autres suivront car le risque persiste, comme prévenait Edgar Faure : « l’immobilisme est en marche, et rien ne peut l’arrêter… ».

Isogeo permet aux collectivités de se mettre en marche !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to load the Are You a Human PlayThru™. Please contact the site owner to report the problem.